Galerie

L’écureuil

Cette galerie contient 1 photos.

  Publicités

Galerie

Volatile…

Cette galerie contient 14 photos.

 

Galerie

A la poursuite de la forme

Cette galerie contient 15 photos.

Un piéton est précédé par des formes imprimées au sol: têtards, poissons, baleine, molusques géants, mais aussi empreintes de pieds se rapprochant à de bancs de poissons… Lire la suite

Les droits de la Nature(*)

La Nouvelle-Zélande vient d’attribuer des droits à un fleuve, le Whanganui.

Il faut noter que dans le langage usuel, non scientifique, les éléments naturels sont conçus comme des êtres vivants: par exemple, le soleil se lève et se couche. Le vent se lève, se calme, tourne, s’arrête. Une rivière descend, tourne, se jette dans un fleuve.

Les êtres de ce genre ont-ils des droits ?

Ils doivent avoir le droit de pouvoir réaliser leurs cycles, afin de donner aux hommes les ressources qu’ils en tirent et dont ils ont besoin. Cette analyse assez spirituelle permet de reconnaître une réelle utilité à chacun des éléments naturels qui accompagne notre temps sur Terre.

Les individus les plus importants ont un nom: le Soleil, la Lune, la Terre… les rivières, les forêts ont un nom. Cette conception est  légèrement différente d’une conception ancrée dans de nombreuses religions, dont la religion grecque, qui associait à chaque élément une personne, un Dieu ou demi-Dieu.

Notons que nommer un élément de la nature est un aspect universel de la conception de la nature par les humains. Ces noms changent selon les langues. Selon le pays d’origine des personnes, un être vivant porte donc un nom différent, tout en étant identifié en tout état de fait.

Jusqu’au 16ème siècle environ, les animaux avaient encore des droits en France. Pour de nombreux peuples premiers, les êtres vivants, et même la Terre entière, ont des droits. Cette philosophie a été gommée en France par la religion catholique, qui englobe la nature dans un grand tout, unique et indivisible, dont on peut disposer à satiété.

Il existe une limite à concevoir entre le naturalisme et la religion. Le naturalisme est une philosophie guidant vers une conception de la nature, organisant et concevant l’écologie des êtres vivant sur Terre, dans les limites de nos capacités de connaissances.

Autre nuance : certains éléments naturels, comme les nuages, ont parfois des ressemblances fugaces avec d’autres êtres vivants. Cette sorte de morphogéographie(1), si elle reste très proche de l’animisme, est aussi une manière de voir dans ces éléments de véritables êtres, ressemblant aux hommes. En Islande, il y a même des cartes qui localisent les trölls et les elfes.

(*) Wikipedia : droits de la nature

(1) morphogéographie : néologisme qui veut expliquer que des formes ayant des  ressemblances morphologiques,existent de partout dans le monde à partir de créations faites par les éléments naturels.

Les équilibristes

Les arbres poussent vers le haut, ils cherchent un point d’équilibre entre leurs têtes et leurs racines. Leurs masses s’arrachent du sol et leurs branches vont chercher vers le ciel une place que la gravité terrestre leur discutera..

Marathons et santé aux USA

Retards dans les soins d’urgence et mortalité, durant les principaux marathons aux USA

Il y a des études sur tout. Parfois on aimerait en avoir sur certains sujets, mais elles manquent. Parfois, on en trouve qui surprennent, et qu’on n’aimerait pas vraiment lire. Pourtant, on ne peut qu’en apprécier le bon sens, élément souvent absent d’analyses trop rapides.

Le Journal de Médecine de Nouvelle Angleterre, publie une étude sur la correlation entre l’organisation de marathons dans de grandes villes US, et l’impact de ces courses sur les secours médicaux demandés par les habitants vivant dans le périmètre d’organisation des épreuves.

Les courses impliquent très basiquement, de bloquer la circulation de quartiers entiers, pendant plusieurs heures, et de plus, elles sont organisées dans des zones proches des hôpitaux urbains, le plus souvent localisés dans des lieux très proches des centres villes.

Le trafic sanitaire, qui ne peux s’arrêter à aucun moment, est donc paradoxalement bloqué par les épreuves. Le délai de transport étant plus long lors de ces journées, ceci augmente le nombre de décès à j+30j à partir de l’hospitalisation.

Les épreuves de masse, par leur effet d’osmose et la synchronicité de présence de milliers de personnes en pleine forme, sont par conséquent d’un coté très bénéfiques à l’animation des villes.

Mais malheureusement, elles nuisent sans le vouloir, en parallèle, à la qualité de desserte de certaines de leurs fonctions organiques, comme l’une des plus basiques, celle de la santé.

 

 

Le toit de l’Europe

La saison nous apporte un ciel dégagé, sec, sans brume… Au détour d’un virage du pays voironnais, au fin fond de la scène, le Mont-Blanc, à environ 150 km de distance à vol d’oiseau.

Le toit de l’Europe est avant tout une montagne qui impose une masse que l’on peut voir de très loin…

Galerie

Aquatique

Cette galerie contient 9 photos.