A propos

Propriété intellectuelle: L’ensemble des contenus publiés sur ce site sont protégés par le droit d’auteur.

Après une formation littéraire (Bac A1), un mastère de géographie, et 20 ans d’expériences comme formateur et opérateur dans les SIG, dans la cartographie numérique, je développe actuellement un peu d’activité dans la  rédaction d’articles. Une équivalence d’un Bsc en géographie (Erasmus, University of Nottingham), me permet d’avoir de bonnes notions en anglais et, par de là la cartographie (Niveau Expert in Gis, voir CV), en informatique générale.

Un bilan de compétences m’a récemment permis de valider cette tendance d’un retour vers du rédactionnel, et je m’essaye dans ce blog à trouver des liens entre divers sujets qui circulent dans nos sociétés, en relation avec le temps et l’espace. Le rédactionnel restera toujours pour moi un outil pour dire en mots ce qui ne se voit pas en cartes… l’inverse étant vrai quoi qu’il en soit: la carte et le texte sont deux discours de formes différentes.

Photo5484

Un délicat équilibre en attendant la fonte des neiges

Ce blog est en plus, la partie géophilosophique du Mooc Spationet « Les bases de la géomatique, pour améliorer le travail d’équipe ». (Voir les mentions légales sur Spationet)

Tout le contenu du blog Spatioblog est sous copyright © Benoit Véler – 2014 – 2018


…Ce trajet a aussi été fait dans des conditions de santé épouvantables, sous des pressions  causées entre autres par des tris militantistes, soutenus par des tris ultraviolents subis dans le monde du sport. Je me dis aujourd’hui que j’ai été confondu, au mieux, avec un zadiste, par des activistes d’ultra-droite.

Je comprends aujourd’hui que je suis apparenté au mieux à un zadiste, par des truands d’ultra-droite déguisés en décideurs socialistes, débordés par la nature exacte de l’enseignement public, au point où l’on m’a dénoncé aux gendarmes, à l’asile, à la police, pour une sorte de délit d’opinion, alors que j’ai toujours mené des activités tout à fait banales et quotidiennes.

Il faut aussi peut-être se dire que la géographie d’une part, et que le monde professionnel et le monde de l’éducation d’autre part, ont leurs parts d’enjeux, que je comprends bien mais qui sont vécus pas des élus et des fonctionnaires de façon beaucoup trop violente.

J’affirme avoir été très souvent torturé et agressé, à l’école, au collège, au lycée, à la fac, sur les terrains, ou encore lors de participations comme bénévole à un festival. Des pressions très réelles traversent le monde universitaire et le monde du sport, sous plusieurs formes, couvrant le champs d’escroqueries à l’immobilier, de trafic de drogue, de trafic de connaissances, de trafics de diplômes, de sorcellerie, de vol et trafic de mémoires…

Mon parcours est donc aussi jalonné de rackets, de procès d’intentions, de fausses amitiés, de piratages, de haine peut-être antisémite (je ne me connais une ascendance juive que depuis quelques années). Chantage à la maladie psychiatrique, chantage aux véritables motivations de mon parcours, chantage concernant mes capacités à réaliser ce que je me voyais capable de faire, pseudo-détection d’une double personnalité, et j’en oublie…

…Mais au bout du fil, je suis fier d’avoir su garder ma ligne de conduite, et de pouvoir dire que j’ai fait des études puis travaillé dans le métier de géographe. Très simplement, il arrive d’être victime de tris très violents, et cela ne fait pas honneur à cette société. Laquelle société tend à opposer tout ce que l’on peut imaginer opposable.

Je remercie tous ceux et toutes celles qui ont su me rencontrer et travailler avec moi.