Archives mensuelles : avril 2015

Les Géants

Dans la mythologie grecque, Ouranos (en grec ancien Οὐρανός / Ouranós, « ciel étoilé, firmament ») est une divinité primordiale personnifiant le Ciel et la Vie. Sa mère et épouse est Gaïa (la Terre). Il est le frère aîné d’Ouréa, personnification mâle des Montagnes, et de Pontos, personnification mâle du Flot. Il a le cheval pour animal symbolique.
A la suite de disputes, le Temps (Chronos) s’ouvre, entre le Ciel (Ouranos) et la Terre (Gaïa) désormais séparés.
Les Géants, sont engendrés par les combats entre ces dieux : le temps, la terre, le ciel, les flots. (Wikipedia)

Dans la sagesse populaire, nos Géants existent. Ils sont fixes si ce sont des montagnes, apparaissent de manière éphémère… ce sont des formes dans les nuages, (les moutons), dans les montagnes, (les crêtes… de dinosaures?), dans les arbres (des portraits, des visages), dans les flots (les naiades).

Bien sûr, chaque région a ses Géants. Ils peuvent être connus par les plus locaux, et participer à leur manière d’être. J. Rifkin propose que nous, petits hommes, « sommes nés pour veiller sur la vie ».

Un géant en Isère

Bien entendu, notre rôle est de nous protéger des Géants de la nature : les « grangousiers », ont grand appétit, et parfois les éléments nous engloutissent : tsunamis, éboulements, avalanches, glissements de terrain, cyclones.

Notre vie revient-elle à lutter contre ces Géants ?
Les Géants nous dépassent… mais en même temps on leur a toujours voué un attachement, attaché un souvenir. La ligne de crête d’une montagne, des formes dans les nuages, une rivière serpentant.

On voudrait parfois les faire disparaître, ne pas subir leur adversité. Nos techniques et nos technologies servent à cela. Certains préfèrent seulement les dominer, ces conquérants de l’inutile, qui nous rapportent régulièrement des chroniques d’une lutte contre la force des éléments déchaînés… Dominer c’est déjà un peu accompagner.

Accompagner les Géants dans le temps est peut-être le plus prudent. Prendre soin d’eux est déjà prendre un risque, duquel on ressort grandit.